Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 22:02

L'émission « Faut pas croire » de ce week-end sur la TSR  a bien montré les insuffisances herméneutiques et le conservatisme théologique des auteurs de Turbulences. le pasteur Gabriel Bader, président du Conseil synodal de l'EREN (mon Eglise d'origine) a démonté avec un calme olympien et une ironie décapante le côté ringard et répétitif des affirmations d'un Eric Fuchs complètement déphasé. Pour ma part, je ne suis pas forcément d'accord avec tous les propos de Bader, ni toutes les propositions émanant de l'EREN. Mais je les rejoins d'abord sur une question de méthode et de pastorale. Fuchs et Glardon recourent à une herméneutique statique, qui n'est pas à la hauteur des exigences de la société et de la culture modernes. Cela ne marche ni théologiquement, ni pastoralement. C'était assez ahurissant de voir Fuchs répéter, comme un catholique conservateur ou un évangélique borné (et Dieu sait s'il y a de nombreux amis catholiques et évangéliques de par le monde qui ne sont ni conservateurs ni bornés !), qu'il faut être fidèle au message, aux valeurs, à notre tradition (en présupposant un contenu évident, en imposant sa propre interprétation, de manière autoritaire et dogmatique). Comme si l'exégèse historico-critique n'avait jamais existé, comme si l'éthique tombait de la Bible et du ciel sans aucune médiation. Je trouve cela navrant et tragique: chez Fuchs, parce que, dans la force de l'âge, il a fait mieux que cela et qu'il semble avoir tout oublié ou ne plus savoir qu'en faire; chez Glardon, parce qu'il prétend savoir, mais n'a pas le niveau. On a pu me trouver dur sur ces points. mais on ne s'improvise pas conseillers en réformation de l'Eglise avec si peu d'outils sérieux et appropriés. Ce n'est pas une question personnelle, ce n'est pas d'hostilité à des personnes et à des collègues  qu'il s'agit ici de ma part. Il y va d'une question de vérité théologique, d'honnêteté intellectuelle et d'efficacité pratique. Il y a fort à parier que dans quelques mois, Turbulences sera reconnu pour ce qu'il est: un scoop en trompe-l'oeil, parce que porteur de pensée négative et de volontarisme idéaliste.

Partager cet article

Published by Denis Müller - www.denismuller.ch - dans Théologie
commenter cet article

commentaires

 

Denis Müller

Professeur d'éthique et de théologie

aux Universités de Genève et de Lausanne.

Contact


 Directeur de la collection Le Champ éthique

(Labor et Fides Genève)
http://www.laboretfides.com

 

Retour à l'accueil

Références

Pages